samedi 6 décembre 2008

Rue Turenne depuis la porte de Bâle

[35]

On passe les n° 22 à 32 qui ne présentent aucun intérêt puisque les bâtiments anciens ont été démolis et remplacés par des constructions récentes. On arrive au bout de la rue Turenne où se trouvait autrefois la porte de Bâle qui avait protégé durant plusieurs siècles l'entrée de la ville. C'est ici que Jean Roesselmann tomba en 1262 en combattant les hommes de l'évêque de Strasbourg. C'est également par cette porte que Turenne, à la tête de 800 cavaliers, entra dans la ville en 1674.

2 commentaires:

Daniel a dit…

Blog très bien mis en place.
J'apprécie beaucoup également le commentaire historique très enrichissant (beaucoup de travail derrière)
Pour la petite histoire, il serait bien également d'aller en peu au-delà de l'histoire classique que l'on apprend traditionnellement.
Ex: Turenne lors de son expédition, a démis toutes les fortifications de Colmar, mis Turckheim à feu et à sang etc.
Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne passait pas inaperçu, c'est un peu comme si on nommait des rues au nom d'Attila…

Rémy Brauneisen a dit…

C'est une remarque tout a fait pertinente et les occasions de revenir sur Turenne ne manqueront pas, mais Colmar, contrairement à Turckheim où les troupes françaises ont passé au fil de l'épée une bonne partie de la population, n'a pas trop souffert.